Qui suis-je ?

Bonjour,

Je fais partie de ces femmes privilégiées qui ont eu la chance de pouvoir, dès l’enfance, être en contact avec le sauvage de la nature. Les éléments m’ont toujours procuré beaucoup de plaisir et de joie. Je reste ébahie devant la beauté de la terre et de ses mystères. En contemplatrice, je suis sensible au vif de l’air, à l’eau des torrents et des rivières, à la houle de l’océan. Je me laisse bercer par les arbres, surprendre par les insectes trop curieux qui chatouillent, énervée par ceux qui piquent, étonnée par le chant des alouettes et leurs vols bizarres, apeurée par le brame des cerfs et leurs courses effrénées durant l’automne sur leurs aires de reproduction, excitée par l’arrivée du printemps qui nous offre chaque année un terrain de jeux et de découvertes.

Je me transforme en Sherlock Holmes, tous mes sens en éveil. Me voilà avec mes jumelles, ma loupe, mes bouquins et mes pinces entomologiques sur le terrain, à la recherche de traces, d’indices de la présence d’êtres vivants.

Une de mes dernières découvertes est le cœur des fleurs qui pourrait inspirer plus d’un peintre surréaliste. Ma première visite dans cet univers miniature m’a fait pleurer d’émotion. Une petite fleur minuscule perchée à 2500m d’altitude, balayée par un vent glaciale, frissonnante dans la montagne grandiose, cache en elle un pistil si fragile entre ses pétales jaunes, duveteux, si douillets. Mon œil curieux, intrusif, ose s’aventurer dans un monde merveilleux, où il n’est pas invité. L’intimité de cette fleur m’a beaucoup émue. C’est un monde immense, à l’opposé même des montagnes, du ciel et des étoiles. Grâce à une loupe de botaniste, je me suis rendue dans un univers dont je ne soupçonnais pas l’existence. Encore aujourd’hui, lorsque je m’assois dans l’herbe, je ne peux imaginer sur quel monde mon séant se trouve…

Cette vision en macro me pousse encore à percer le mystère des simples.

Après une formation d’animatrice nature, suivie de multiples rencontres avec des spécialistes de l’environnement, je me forme à l’école des plantes médicinales l’Alchémille, en Suisse. J’ai obtenu en 2010 le certificat de technicienne en herboristerie.

En parallèle, en tant qu’éducatrice spécialisée et responsable d’atelier dans une institution pour personnes en situation de handicap, j’ai créé le « Jardin des Sens ». Un atelier axé sur l’échange et la communication à partir d’un jardin pédagogique. Les éléments naturels nous permettaient de fabriquer toutes sortes de fantaisies, prétextes à la rencontre, pour des personnes d’une grande sensibilité, avec un bout de nature. Une parenthèse hebdomadaire pour certains, qui leur offrait la possibilité de s’évader de leur quotidien médicalisé.

Par amour, j’ai quitté la Suisse et mon travail d’éducatrice en atelier.

Je vis dans le sud de la France depuis le printemps 2013.

Avec mon compagnon merveilleux, et photographe de ce blog, nous sillonnons la campagne, en contemplateurs et en amour devant tant de beauté. Je tente de repérer des lieux favorables à l’observation d’oiseaux, à la cueillette de plantes sauvages. Je me familiarise avec mon nouvel environnement. J’apprends à reconnaître de nouvelles essences, à apprécier le bord de la Cèze, qui offre non seulement une eau limpide et fraîche pour la baignade, mais aussi des rives riches et variées, où les animaux trouvent refuge.

La garrigue regorge de thym et de sarriette, les collines offrent des essences telles que le cèdre et la lavande, le genévrier envahit les espaces libres, les aubépines répandent leurs effluves enivrantes. Les insectes bourdonnent et profitent de butiner tout leur saoul, parfois tellement chargés de pollen qu’ils s’envolent maladroitement.

Ma formation en herboristerie m’ouvre des portes. Chacune me permet d’explorer de nouvelles approches de la nature. De la contemplation, à la fabrication de différents produits finis, en passant par la qualité de nos aliments, de la reconnaissance botanique, des conseils personnalisés. Elles sont complémentaires en fonction de tout mon parcours jusqu’ici.

J’ai la chance de pouvoir continuer à me perfectionner dans la cueillette de plantes sauvages comestibles et médicinales, dans la fabrication de tisanes, dans la distillation, pour la fabrication d’huiles essentielles et d’hydrolats. Grâce à l’huile d’olives de la région, je fabrique des macérats huileux pour confectionner des huiles de massage et de beauté d’excellente qualité.

Toutes ces belles connaissances forment un tout et font sens dans ce que j’ai envie de partager aujourd’hui avec vous.

2 réflexions au sujet de « Qui suis-je ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *